Présidentielle 2019 : Forces et limites des affiches électorales

Selon certains citoyens, les affiches électorales n’auraient que peu  d’impact sur le choix d’un candidat. Pourtant un expert en analyse de l’image, Mouminy Camara, affirme qu’elles sont censées faire connaitre, aimer et voter pour un candidat. Confectionnées avec des styles différents, ces affiches sont encore visibles dans la ville de Dakar en cette période post électorale.

Impossible de circuler à Dakar sans voir et revoir des photos des candidats accompagnés de messages. Preuve d’une campagne électorale très mouvementée. Du carrefour Sam jusqu’à la fin de l’avenue Cheikh Anta Diop, le président Macky Sall, est le plus visible parmi les 05 candidats sur les panneaux publicitaires. Habillé en costume et cravate noir, avec une chemise blanche, Macky ouvre un peu la bouche pour laisser voir un léger sourire. Il est présenté dans une photo buste avec des lunettes transparentes aux yeux. Le choix du fond dépend d’une affiche à une autre. D’ une part la couleur marron (couleur de son parti), d’autre part le Train Express Régional meuble le décor. Une manière de rappeler aux électeurs ses réalisations. Les affiches du président sortant contiennent des messages tels que « je vote Macky parce qu’il a réalisé le TER », « Dakar vote Macky au premier tour ».

L’opposition promet…

Une totale différence avec Idrissa Seck, un des 04 candidats de l’opposition. Il propose «  Idrissa Seck pour un Sénégal gagnant ». Sur un fond blanc et rouge, Idrissa Seck en costume et cravate noir dresse un large sourire. Plusieurs de ces affiches contiennent des photos de plusieurs personnalités politiques du Sénégal. On y trouve Khalifa Ababacar Sall, ancien maire de Dakar empêché de participer au scrutin par le conseil constitutionnel, Bougane Gueye, lui aussi candidat recalé, Pape DIOP député, Malick GAKOU ancien ministre et bien d’autres. Ainsi, le candidat vante les membres de sa coalition.

Tout le contraire d’Ousmane SONKO, seul sur ses affiches. Autre point de différence, son habillement. Boubou de couleur bleu ciel avec un chapeau sur la tête, le plus jeune candidat à la présidentielle lève la main vers l’horizon. Sourire aux lèvres, Ousmane donne son message en Wolof « Jotna » ; qui veut dire en français ‘’il est temps’’.

Des candidats moins présents

Les deux absents de cette guerre des affiches sur l’avenue Cheikh Anta Diop sont les candidats Issa SALL et madické NIANG. Pour voir une de leurs rares affiches, il faut se rendre sur la VDN. Issa SALL, sur fond vert, boubou noir affiche avec sourire « le choix PUR, le choix utile ». Quant à Madické NIANG, pas de sourire, pas de message. Le candidat est en costume sur un fond jaune. Le spécimen est visible sur les affiches de tous les candidats.

Sympathie et séduction

Mouminy CAMARA, professeur d’analyse du discours médiatique à l’Université Cheikh Anta DIOP affirme que les affiches politiques sont « très importantes » Elles ont « 03 fonctions : la fonction cognitive, la fonction affective, la fonction conative »

Des analyses qui ne sont pas forcement partagées par certaines personnes.

Beaucoup de citoyens ont exigé répondre à nos questions hors camera. Awa Dieng, une étudiante de 22ans déclare ne pas se baser sur les affiches électorales pour voter. « Mon papa vote habituellement Macky SALL, donc j’ai voté Macky ». Même idée chez Jocelyne Gueye, 30 ans. «  Je suis de Fatick, et un des candidats vient de là-bas, je voté naturellement pour lui. Pour moi, les affiches électorales n’ont pas assez d’impacts le choix des électeurs ».

Pour Pierre SANE, instituteur, la quarantaine environ, « le discours et le charisme d’un candidat sont les points déterminants qui amènent à voter pour lui » Il a donc « voté pour SONKO, le plus éloquent ». Sur le charisme, il dit avoir été « peut-être influencé par les affiches électorales »

Des affichés vandalisées…

Au cours de la campagne électorale, des affiches sont prises d’assaut par des certains militants un peu partout dans la ville. Les images des candidats sont peintes en noir. Certaines affiches sont tout simplement déchirées. Ce qui, aux dires du spécialiste justifie l’importance de ces affiches.

Mouminy CAMARA précise que les affiches seules ne peuvent pas réussir à faire élire un candidat.

Salmco ASSOGOUENON & Rodrigue TOKPODOUNSI

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*