La bonne gouvernance : un concept, plusieurs sens

La bonne gouvernance est appréhendée de manière très differentes par les Sénégalais. Si les uns l’approuvent, d’autres trouvent qu’il y a des efforts à faire. 

 

Les commerçants demandent plus de bonne gouvernance dans la gestion des ressources du Sénégal. Ce qui va être une aubaine pour la bonne marche de ses activités. Derrière le comptoir de sa boutique, Ahmet, vendeur au marché de Tiléne souligne que des avancées ont été faites jusque-là. Selon lui, on peut sentir la bonne gouvernance par la baisse de prix de certaines denrées alimentaires comme le sucre ou le riz. Il reconnaît toutefois que tous les commerçants ne peuvent pas être satisfaits. Un état de fait qui s’est manifesté chez Fatou. Bassine à la tête, la vieille dame pense qu’il y a une inégalité dans le partage des richesses. Elle note une sorte de favoritisme. « Certains sont poursuivis pour des délits mais sans conséquence majeure », affirme-telle. Elle ajoute qu’elle ne voit pas trop l’importance des instances de contrôles tels que la CREI, l’IGE, OFNAC … de ce pays.

Ces structures veillent  au contrôle de la gestion des finances publiques.

Elles trouvent leur source au plan national et international selon le professeur Abdou Aziz Kébé. Le directeur du centre de recherches et d’ingénierie juridique et financière, ajoute qu’il y a des avancés en matière de bonne gouvernance. La déclaration de patrimoine, la reddition de comptes et l’élargissement des personnes assujetties au contrôle sont des mesures pour assurer une bonne gouvernance. La convocation devant les députés des directeurs de régies financières

Néanmoins il ajoute qu’il y a des manquements  car il y a des fonctionnaires qui ne font pas de déclaration de patrimoine .Et le non publication de rapports par les corps de contrôle. La fraude fiscale viendra s’ajouter à cette liste noire dressée par le directeur du CERIF.  La bonne gouvernance est bien sujette à équivoque chez les marchands. Pour la plupart, une meilleure gestion et un contrôle rigoureux vont permettre un changement significatif. Une chose auquel, ils aspirent. Pour Modou, ce vendeur de tissu, trouvé au beau milieu du marché de Tilene, si cela est réussi, nous allons assister à ce fameux « Sénégal émergent »

Abdoulaye Cissé, vendeur de consommables a pris lui le contrepied de ses camarades. Il affirme tous marche bien comme sur des roulettes. Les avis restent ce faisant très divergents. Si les uns pensent que le Sénégal est bien gouverné, d’autres pensent quand même qu’il y a des efforts à faire en ce sens. Ces derniers pensent c’est ce manque de rigueur et de laxisme dans la gouvernance qui est à l’origine de ce blocage dans leurs activités. Ils avouent que des instances de contrôle existent certes mais l’effectivité de leurs décisions n’est pas sentie. Du fait de la sélection des dossiers enrôlés. Pour Ibou Mbodj, cela va permettre une circulation des richesses et que les commerçants ne vont que se réjouir de cela.

Pour une  bonne gestion des finances publiques, Abdou Aziz Kébé propose la mise en place de code de bonne conduite, l’accès à l’information financière entre autres.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*