Une carte électorale à l’image de l’évolution démographique

L’heure de vérité a sonné. Les cinq prétendants au siège présidentiel vont briguer les suffrages des Sénégalais pour la onzième fois depuis l’indépendance. Une occasion de faire focus sur la carte électorale qui montre une inégale répartition des électeurs, à l’image de l’évolution démographique du pays.

Le devoir citoyen appelle les 6 683 043 citoyens sénégalais régulièrement inscrits sur le fichier électoral. Ils sont appelés, le dimanche  24 février, à choisir qui des cinq candidats va diriger le pays jusqu’en 2024. Pour accomplir le vote, ils rendront dans les 6 917 lieux de vote répartis qui comptent 15 397 bureaux dans les 14 régions du pays et à l’étranger.

Regroupant près de la moitié de l’électorat national (48%), les régions de Dakar, Thiès et Diourbel sont parties pour être les véritables arbitres de la présidentielle du 24 février. Avec près de 3 200 000 électeurs sur le stock national, ces régions seront au centre d’âpres batailles entres les cinq candidats en course. Toutefois leur force électorale connait une baisse par rapport à la dernière présidentielle de 2012. Alors qu’elles représentaient  52,3% des électeurs, ces trois régions se retrouvent avec moins de 48% des électeurs pour le scrutin du 24 février.

 

 

 

 

 

 

 

La diaspora sénégalaise va peser certainement sur le vote avec un poids considérable de 309 592 électeurs alors que  Sédhiou (193055) et Kédougou (65 167) enregistrent le plus faible nombre d’inscrits. Les autres régions Kaolack (425 919), Louga (414 144), Fatick (322 290), Ziguinchor (283 395) et Kolda (229 399) capitalisent le reste du fichier.

Source: http://dge.sn/

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*