Marche pour Fallou Sène : Les élèves rufisquois soutiennent les étudiants

Ce jeudi 24 mai, des marches en hommage à Fallou Sène sont tenues sur presque toute l’étendue du territoire national. Ces manifestations sont une occasion pour les étudiants sénégalais de réclamer justice pour leur défunt camarade. La ville de Rufisque n’est pas en reste. Et ses élèves sont sortis en masse soutenir leurs ainés.

Certains de ces corps frêles, avec des voix un peu mièvres, pour scander de toutes leurs forces : « dafa dooy » (ça doit cesser) ou bien « nous disons non, nous disons non »….. Ces jeunes garçons et filles ont vidé leurs classes aujourd’hui, pour se joindre à leurs aînés étudiants. Des élèves qui, pancartes en main donnent le ton. « C’est une cause noble. Et on est content de participer » s’exclame Penda, élève en classe de première.

Tous les lycées sont de la partie : Abdoulaye Sadji, Moderne, Camp Marchand. Et même le lycée Bargny, dont les élèves ont rejoint le gros de la masse au rond point Sococim, juste à l’entrée de la ville de Rufisque. Des klaxons fusent de partout. Un automobiliste, en voulant se frayer un chemin, heurte légèrement une jeune fille. C’est la course poursuite avec des étudiants qu’il réussit à semer finalement. Heureusement pour la fille, plus de peur que de mal.

La foule, encadrée par des éléments des polices de Rufisque et Bargny, avance petit à petit. Sur la route nationale 1, direction la mairie ! Arrivé à la hauteur de la Sonatel, le premier groupe qui s’était détaché fait halte, et attend la troupe qui traîne derrière, et qui est composée majoritairement d’élèves ; sûrement les effets du Ramadan.

Des t-shirts rouges estudiantins avec la mention « je m’engage » se mêlent aux blouses des élèves. « C’est un combat pour les générations futures. Et nous, élèves, devons en être conscients » dit Bernard Sarr, élève au lycée Moderne. Son compagnon Abdoulaye Diallo abonde dans le même sens : « nous sommes de futurs universitaires. Je suis de tout cœur avec mes grands frères ». Tous deux, vêtus de leur blouse, se fondent dans la masse.

Au-delà de la marche, Abdoulaye Diallo pense qu’il faudrait une bonne éducation de base. « Comme ça, une fois devenu(e) grand(e), le garçon ou la fille n’aura pas à verser dans des casses ou actes de vandalisme » affirme-t-il, en tripotant la fermeture éclair de son sac. Pour rappel, une série de marche est initiée aujourd’hui dans tout le pays pour réclamer la lumière sur l’affaire Fallou Sène; un jeune étudiant tué le 15 mai 2018 à l’université Gaston Berger de Saint-Louis. C’était lors d’une confrontation entre forces de l’ordre et étudiants qui revendiquaient le paiement de leurs bourses.

La marche prend fin avec un point de presse des étudiants devant la mairie. L’hymne national du Sénégal est chanté en chœur par toute l’assistance. Une vraie symphonie, orchestrée par les élèves et les étudiants rufisquois, qui ont accordé leurs violons en ce jour.

A propos de Ben Abass Faye 10 Articles
Je suis Rufisquois, étudiant en journalisme au Cesti. Passionné de sport (spécialement foot) d'histoire et de géopolitique.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*